On revient sur l’édito : À Béziers, le tribunal ordonne le retrait de la crèche du patio de la mairie – France

Cet éditorial ayant pour propos « la justice » circule sur internet, nous avons voulu vous le signaler sans attendre.

Son titre (À Béziers, le tribunal ordonne le retrait de la crèche du patio de la mairie – France) est évocateur.

Présenté sous la signature «d’anonymat
», l’auteur est reconnu comme quelqu’un de sérieux pour plusieurs autres éditoriaux qu’il a publiés sur internet.

Il n’y a aucune raison de douter du sérieux de ces informations.

Sachez que la date de parution est 2022-12-18 13:18:00.



Le tribunal administratif de Montpellier a statué : la crèche qui figure dans la cour d’honneur de l’hôtel de ville de Béziers doit être retirée dans les vingt-quatre heures sous peine d’astreinte de 100 euros par jour. Motif : elle met « en évidence la scène de la Nativité » (c’est la fonction même d’une crèche !) et méconnaît les dispositions de l’article 28 de la loi de 1905 concernant la séparation de l’Église et de l’État. Or, ce paragraphe-là stipule en effet : « Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions ».

Un cheval de bataille

Mais l’affaire ne se résume pas à des raisonnements juridiques et comporte un volet politique franchement peu reluisant. En l’occurrence, la décision de justice répond à un recours déposé par la Ligue des droits de l’Homme en référé (procédure d’urgence). Or, en quoi la Ligue en question est-elle fondée à voir une atteinte aux droits de l’Homme dans la mise en place – temporaire – d’une simple crèche ? De toute évidence, ladite Ligue a décidé d’en faire un cheval de bataille et de forcer l’État à sanctionner les maires qui seraient d’un autre avis que le sien, ce qui revient à un combat purement idéologique.

Du bon sens mais battu en brèche

Pour preuve, dans une lettre datée du 5 décembre, le préfet de l’Hérault avait prévenu qu’« il ne sera pas demandé, par l’État, au maire de Béziers, Robert Ménard, de renoncer à cette installation », estimant que cette crèche était « une animation parmi d’autres ». Du bon sens mais battu en brèche. Ce que veut la Ligue, c’est que la justice administrative donne tort au représentant de l’État ; c’est fait. Soit une stratégie de division qui vise à imposer le multiculturalisme au détriment de l’Histoire et de la civilisation d’un peuple deux fois millénaire.

Après avoir soutenu Tariq Ramadan, intenté un procès pour racisme à Michel Houellebecq, démontré, à maintes reprises, son inclination pour l’islam politique, la Ligue des droits de l’Homme s’arroge le combat pour les « droits culturels » qui ne sont pas de son ressort. Qui saura la remettre à sa juste place ?

Publications:

Grec ancien/Dieux/Thémis,(la couverture) .

Les grandes décisions de la cour commune de justice et d’arbitrage de l’OHADA,A voir et à lire. .

Presse-justice : liaisons dangereuses,Clicker Ici . Disponible dans toutes les bonnes bibliothèques de votre département.

La chronique a été générée de la manière la plus fidèle qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées indiquées sur notre site internet afin d’apporter des explications sur ce contenu traitant du thème « Jeunes avocats ». Beaucoup de réponses sont livrées par cet article relayé par uja-nantes.fr qui parle du thème « Jeunes avocats ». La vocation journalistique de uja-nantes.fr est de parler de Jeunes avocats dans la transparence en vous offrant la visibilité de tout ce qui est en lien avec ce sujet sur le net D’ici peu, on mettra en ligne d’autres infos sur le sujet « Jeunes avocats ». Par conséquent, visitez régulièrement notre site.