A découvrir cet éditorial : Certains commandants russes taient au courant des violences sexuelles ou les ont encourages, selon un avocat qui conseille Kiev

Nous nous empressons de tout vous révéler sur ce papier qui vient d’être publié, dont le sujet est «la justice».

Le titre (Certains commandants russes taient au courant des violences sexuelles ou les ont encourages, selon un avocat qui conseille Kiev) est sans ambages.

Sachez que le chroniqueur (annoncé sous le nom d’anonymat
) est connu et fiable.

Il n’y a pas de raison de ne pas croire du sérieux de ces informations.

L’article a été divulgué à une date indiquée 2022-11-23 04:10:00.

Voilà ll’article :

L’avocat britannique Wayne Jordash a dclar Reuters que dans certaines zones autour de la capitale de Kiev, dans le nord, o les enqutes sont les plus avances, certaines des violences sexuelles impliquaient un niveau d’organisation des forces armes russes qui « tmoigne d’une planification un niveau plus systmatique ». Il n’a pas identifi les personnes spcifiques faisant l’objet d’une enqute.

Les conclusions indites des enquteurs sur le rle prsum des commandants et la nature systmatique des attaques dans certains endroits font partie des modles de violence sexuelle prsume qui mergent alors que la guerre de la Russie en Ukraine entre dans son neuvime mois.

Jordash, qui fait partie d’une quipe soutenue par l’Occident qui fournit une expertise juridique l’Ukraine, a dclar qu’il tait trop tt pour conclure l’ampleur de la pratique, car les enqutes dans les zones rcemment reconquises du nord-est et du sud en sont un stade moins avanc. Toutefois, les modles suggrent que les violences sexuelles « sont peut-tre encore plus frquentes » dans les territoires qui ont t occups pendant de plus longues priodes, a-t-il ajout, sans fournir de preuves.

Reuters a interview plus de vingt personnes qui ont travaill avec des victimes prsumes – y compris des forces de l’ordre, des mdecins et des avocats – ainsi qu’une victime prsume de viol et des membres de la famille d’une autre.

Ils ont partag des rcits de violences sexuelles prsumes commises par les forces armes russes dans diverses rgions d’Ukraine : beaucoup d’entre eux comprenaient des allgations selon lesquelles des membres de la famille taient forcs de regarder ou que plusieurs soldats participaient ou que les actes taient mens sous la menace d’une arme.

Reuters n’a pas pu corroborer ces rcits de manire indpendante. Certaines de ces circonstances – notamment le fait que des membres de la famille aient t tmoins de viols – figurent dans les attaques prsumes des Russes documentes par un organisme d’enqute mandat par les Nations Unies dans un rapport publi le mois dernier, qui indique que les victimes sont ges de quatre plus de 80 ans.

Dans la rgion de Chernihiv, au nord de l’Ukraine, un soldat du 80e rgiment de chars russe a abus sexuellement d’une fille plusieurs reprises en mars et a menac de tuer des membres de sa famille, selon un jugement du tribunal de district de Chernihiv. Le tribunal a dclar ce mois-ci Ruslan Kuliyev, 31 ans, et un autre soldat russe dont Kuliyev tait le suprieur, coupables de crimes de guerre par contumace pour agression sur des habitants, selon le jugement.

Kuliyev, qui selon le tribunal tait un lieutenant suprieur, et l’autre soldat n’ont pu tre joints pour un commentaire.

Le viol peut constituer un crime de guerre en vertu des Conventions de Genve qui tablissent des normes juridiques internationales pour la conduite des conflits arms. Les violences sexuelles gnralises ou systmatiques pourraient tre assimiles des crimes contre l’humanit, qui sont gnralement considrs comme plus graves, selon les spcialistes du droit.

Moscou, qui a dclar mener une « opration militaire spciale » en Ukraine, a ni avoir commis des crimes de guerre ou cibl des civils.

En rponse aux questions de Reuters sur les allgations de violences sexuelles commises par l’arme russe en Ukraine, y compris si les commandants taient au courant et si elles taient systmatiques, le service de presse du Kremlin a dclar qu’il niait « de telles allgations ». Il a renvoy les questions dtailles au ministre russe de la Dfense, qui n’a pas rpondu.

Le bureau du procureur gnral de l’Ukraine a dclar que la guerre de Moscou contre l’Ukraine « vise exterminer le peuple ukrainien » et que la violence sexuelle fait partie des crimes russes « destins rpandre un tat de terreur, provoquer la souffrance et la peur parmi la population civile de l’Ukraine. »

« Il y a des indications que la violence sexuelle est utilise comme une arme de guerre », a dclar Reuters Pramila Patten, reprsentante spciale du Secrtaire gnral de l’ONU sur la violence sexuelle dans les conflits, citant des rcits de circonstances telles que le viol devant les membres de la famille, le viol collectif et la nudit force.

CHIFFONS BLANCS

Kiev a dclar qu’elle examinait des dizaines de milliers de rapports dans le cadre de ses enqutes sur les crimes de guerre prsums commis par le personnel militaire russe ; les violences sexuelles ne reprsentent qu’une petite partie de ces rapports. L’enqute ukrainienne est au centre de multiples efforts d’investigation de crimes de guerre potentiels lis au conflit, y compris par la Cour pnale internationale (CPI) de La Haye.

Des preuves que la violence sexuelle tait planifie pourraient indiquer qu’elle faisait partie d’une attaque systmatique ou qu’un certain niveau de commandement tait au courant, a dclar Kim Thuy Seelinger, conseillre de la CPI sur la violence sexuelle dans les conflits et professeure associe de recherche l’Universit de Washington St Louis.

Une femme du village de Berestianka, prs de Kiev, a dclar Reuters que peu aprs l’arrive des troupes russes en mars, un soldat lui a ordonn de suspendre un chiffon blanc devant sa maison. Il est revenu cette nuit-l avec deux autres Russes, selon la femme, qui a demand tre identifie uniquement par son prnom Viktoriia.

Elle a dit que l’un d’eux, qu’elle a pris pour un commandant parce qu’il semblait beaucoup plus g et parce que c’est ainsi que les autres le dsignaient, lui a dit que les deux autres soldats taient ivres et voulaient s’amuser.

Selon Viktoriia, une femme de 42 ans la silhouette mince, ces deux soldats l’ont accompagne jusqu’ une maison voisine, o l’un d’eux a abattu un homme lorsqu’il a tent de les empcher de prendre sa femme. Les deux soldats ont ensuite emmen les deux femmes dans une maison voisine, o Viktoriia dit avoir t viole par l’un d’eux. L’autre femme a galement t viole, selon la sur de cette femme et Viktoriia. Reuters n’a pas pu joindre la deuxime femme, dont la famille aurait quitt l’Ukraine.

Lorsque Reuters a visit le village en juillet, des claboussures de sang taient visibles l’endroit o, selon la sur et sa mre, l’homme a t abattu. Viktoriia a dit qu’elle a pleur de manire incontrlable aprs son exprience et qu’elle reste facilement effraye par les bruits forts.

Interrog sur les allgations de viol des femmes, qui ont t rapportes par d’autres mdias, le bureau du procureur gnral d’Ukraine a dclar qu’il y avait une enqute sur les violences sexuelles commises par des militaires russes l’encontre de deux femmes de Berestianka, mais a refus de faire d’autres commentaires.

La gyncologue polonaise Agnieszka Kurczuk a dclar que l’un des rfugis ukrainiens qu’elle a traits – une femme originaire de l’est qui a affirm avoir t viole alors que sa fille de neuf ans se trouvait proximit – a dclar que cela s’tait produit aprs que les soldats russes aient dit aux femmes du village d’tendre des draps de lit ou des serviettes blanches.

Reuters n’a pas pu tablir s’il y avait un lien direct entre les attaques prsumes et le marquage des maisons.

UNE TENDANCE GNRALISE ?

Les allgations de viols et de violences sexuelles ont fait surface peu aprs l’invasion de l’Ukraine par Moscou le 24 fvrier et proviennent de tout le pays, selon les tmoignages recueillis par Reuters et l’organe d’enqute de l’ONU.

Le gyncologue polonais Rafal Kuzlik et son pouse Iwona Kuzlik, psychologue spcialise dans les traumatismes, ont dclar Reuters qu’ils avaient trait ce printemps sept femmes qui avaient fui l’Ukraine, principalement du nord et du nord-est, et qui ont dcrit avoir t violes par des soldats russes.

L’avocate ukrainienne Larysa Denysenko a dclar qu’elle reprsentait neuf victimes de viol prsumes et que toutes, sauf deux, allguaient que plusieurs soldats russes taient impliqus. Certaines clientes ont galement dcrit avoir t battues ou violes devant un membre de leur famille.

Le bureau du procureur gnral d’Ukraine a dclar avoir ouvert des dizaines d’affaires pnales impliquant des violences sexuelles commises par des membres des forces armes russes sur des femmes, des enfants et des hommes.

Les autorits ukrainiennes et d’autres spcialistes affirment que le nombre de victimes est probablement bien plus important, car certaines parties du pays restent occupes et les victimes hsitent souvent se manifester, notamment par crainte de reprsailles et par mfiance envers les autorits.

La mission de surveillance des droits de l’homme de l’ONU en Ukraine a dclar dans un rapport de septembre que la plupart des dizaines de cas prsums de violence sexuelle qu’elle avait documents avaient t commis par des membres des forces armes russes et deux par des membres des forces armes ou des forces de l’ordre ukrainiennes.

Ce thème vous a captivé vous adorerez tout autant ces parutions:

Contes d’Italie/Justice populaire,Ouvrage .

Les procédures alternatives aux poursuites : une autre justice pénale,A voir et à lire. . Disponible sur internet.

Vous perdez la tête Elisabeth !,Ouvrage . A emprunter en bibliothèque.

La chronique a été générée de la manière la plus fidèle qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées indiquées sur notre site internet afin d’apporter des explications sur ce contenu traitant du thème « Jeunes avocats ». Beaucoup de réponses sont livrées par cet article relayé par uja-nantes.fr qui parle du thème « Jeunes avocats ». La vocation journalistique de uja-nantes.fr est de parler de Jeunes avocats dans la transparence en vous offrant la visibilité de tout ce qui est en lien avec ce sujet sur le net D’ici peu, on mettra en ligne d’autres infos sur le sujet « Jeunes avocats ». Par conséquent, visitez régulièrement notre site.